Je suis hypersensible et travel addict

Classé dans : L'art de voyager | 0

Je suis une hypersensible. Et par le fait même, je suis une travel addict. Mais quand on y pense, tout ça est intimement lié…

Je suis cette fille qui pleure en écoutant une chanson pour la première fois, et qui pleure à nouveau à la 100e écoute de la même chanson, car ses paroles me percutent toujours autant. Je suis cette fille qui pleure à la vue d’un magnifique paysage et qui n’en revient tout simplement pas de constater autant de beauté réunie dans un seul et même horizon. Je suis cette fille qui pleure quand je me sens profondément bien, quand on m’autorise l’accès à une parcelle d’euphorie et que je constate la chance que j’ai de la vivre avec autant d’intensité. Je suis cette fille qui pleure, pour toutes sortes de raisons…

Je suis cette fille qui rit, qui rit parfois même à en pleurer tellement c’est drôle. Je suis cette fille qui goûte et qui se délecte du chocolat qui fond sur ma langue, des épices qui chatouillent mon palais et des mélanges de saveurs qui m’organisent un party gustatif digne des meilleurs banquets 5 étoiles.

Je suis cette fille qui entend les mélodies et qui les vis, qui ferme les yeux pour mieux transférer le son dans mes tympans et vibrer au son de la musique. Je suis cette fille qui aime toucher les vêtements pour mieux apprécier leur douceur, qui aime toucher les humains pour mieux les saisir, qui aime toucher, point.

Je suis cette fille pour qui les sens prennent tout leur sens…

Et… je suis cette fille qui est profondément accroc au voyage. Je suis cette fille qui voit le voyage comme l’une des meilleures façons d’exploiter tous mes sens et de les faire exploser pour qu’ils atteignent un niveau de jamais vu, de jamais senti.

Je voyage pour offrir à mes yeux ce qu’ils ne peuvent pas voir en d’autres occasions. L’image de montagnes, de lacs, d’océans, de monuments, parfois de tout ça en même temps. De nouvelles images qu’ils pourront transférer à mon disque dur mémoriel pour me permettre de m’imprégner de ces vues et de ces moments à nouveau, plus tard, dans ma vie.

Je voyage pour offrir à mes tympans de nouveaux sons sur lesquels vibrer. Le son des vagues fracassantes et incessantes qui tapissent l’océan. Le son des prières musulmanes qui résonnent partout par-dessus le toit des maisons. Le son des tam tam qui font écho dans les ruelles en pierres. Le son des enfants qui crient dans les cours d’école, en petit uniforme. Le son des moteurs de tuc tuc qui ronronnent à un niveau de décibels trop élevé. Le son des clochers des magnifiques églises qui rappellent religieusement aux habitants quelle heure il est.

Je voyage pour offrir à mes narines de nouvelles pistes olfactives à humer. L’odeur du cuir qui émane des souks bondés de gens pressés. L’odeur de la sauce poisson qui dérive des kiosques de street food tout aussi appétissants les uns que les autres. L’odeur des algues qui nous remplit alors que nos pieds effleurent le sable fin ou rocailleux. L’odeur des gaufres qui parcourt les ruelles européennes et qui donne l’eau à la bouche. L’odeur des barils de chêne et d’humidité qui entoure les caves à vin des plus beaux vignobles.

Je voyage pour offrir à mon esprit une pause, question de laisser mes sens s’activer au maximum. Parce que oui. Voyager, c’est mettre mon esprit sur pause, oui, mais c’est aussi donner la chance à mon corps de faire de même pour qu’il s’imprègne de tout autour de lui, qu’il profite en toute simplicité. Voyager, c’est aussi permettre à mon corps d’en profiter, et de donner le temps à mon âme toute entière de profiter du moment comme il se doit. Qu’elle s’arrête et qu’elle me rappelle à quel point « là, en ce moment, maintenant, je vis un beau moment et que je suis chanceuse de le vivre autant ». Voyager, c’est offrir à ma vie une extension, un chapitre supplémentaire à ajouter dans mon livre, que je pourrai rouvrir à n’importe quel moment.

Voyager, c’est la vie. Je suis hypersensible. Je suis travel addict. Je suis complètement dépendante aux émotions qu’ils me procurent.

Donc je termine avec cette conclusion qui ne conclut honnêtement pas grand-chose, mais tant pis. Chaque fois, je me fais un devoir de voyager avec le bon état d’esprit, de voyager avec une pleine conscience. De laisser les émotions monter et descendre en moi, de les accepter et de les vivre pleinement. D’exploiter les sens qu’on m’a donnés à la naissance et d’ouvrir mon esprit à ce qui se trouve tout autour de moi. Loin de moi l’idée de juger ou d’affirmer qu’il y a une bonne et une mauvaise façon de voyager. Je veux simplement dire que pour moi, ceux qui ne savent pas saisir toutes ces petites choses qui sont au cœur même des voyages, ceux qui ne se laissent pas envahir par leur environnement et leur moment, n’ont rien compris. Je vous juste, je dis cela sans jugement. Je dis plutôt cela avec une profonde tristesse envers tous ceux qui, toute leur vie, ne vivront qu’à moitié alors qu’ils ont pourtant une vie complète à vivre.

Vivez donc… 

Vous avez un commentaire ou une question? C'est ici que ça se passe!

Commentaire / Question

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *