Être payé pour voyager : la vérité sur cette réalité

Classé dans : L'art de voyager | 0

Avant de commencer, je vais répondre à une question que je me fais souvent poser: que fais-tu exactement dans la vie? D’abord, j’écris ce blogue sans réellement faire un sous avec. C’est purement par plaisir de partager ma passion du voyage. Ce que je fais dans la vie, c’est d’être coordonnatrice en marketing pour une entreprise internationale. Le point positif, dans tout ça? J’ai un travail que j’adore, mais en plus, j’ai la chance de voyager un peu partout pour aller à des expositions ou faire des tournages, par exemple. D’ailleurs, j’écris cet article en direct de l’avion, en direction de Chicago aux États-Unis. Cette semaine, je suis en voyage d’affaires à travers les États-Unis, où je dois interviewer différentes personnes afin de recueillir des témoignages. J’ai fait Montréal – Washington (près de Seattle) et ensuite Washington – Chicago où je passerai trois autres journées avant de revenir chez moi. Comme chaque fois que je pars pour le bénéfice de la compagnie pour laquelle je travaille, mon billet d’avion et toutes mes dépenses sont entièrement payées. Et oui, je reçois un salaire alors que je parcours de nouveaux territoires. Ça semble bien « jet set » dit comme ça, non? Mais voilà… j’avais envie de vous expliquer la vérité sur cette réalité qui peut faire bien rêver de l’extérieur, mais qui est un peu moins rose lorsqu’on la décortique.

businestravel

À mon embauche, j’ai appelé tout de suite appelé ma mère avec un gros sourire dans le visage en lui expliquant que je venais de décrocher un emploi super, dans lequel j’aurais en plus la chance de voyager. YESSSS, je me disais. C’est ce dont j’avais toujours rêvé. Qui n’a pas envie de sortir de son bureau et de son horaire de 8h à 17h pour voir le monde tout en travaillant? Moi, du moins, j’en avais envie. Et de l’extérieur, ça me semblait le rêve de A à Z. Sauf que voyez-vous, il y a des journées et des moments où ce n’est pas très glamour. Je vous décris donc les pour, et les contre.

LES BONS CÔTÉS À ÊTRE PAYÉ POUR VOYAGER

Allô les points accumulés avec les compagnies aériennes!

Depuis juillet 2015, je suis allée un peu partout aux États-Unis à trois reprises, en Espagne et en Allemagne. Dans l’année à venir, je visiterai aussi l’Ouest Canadien et malgré que ces destinations ne soient pas encore officielles, je risque de me rendre à nouveau aux États-Unis quelques fois, en France et peut-être même au Brésil. Imaginez-vous donc les magnifiques points qui s’affichent chaque fois sur mon compte Flying Blue ou Aéroplan!!! Oui, c’est un très gros point positif à voyager pour travailler, car en très peu de temps on s’accumule suffisamment de points pour partir gratuitement vers une destination pas mal le fun :)

Oh… et allô également aux nuits gratuites accumulées avec Hotels.com

J’ai découvert ce programme tout récemment, mais avec Hotels.com, quand on réserve 10 nuits, on en obtient une gratuite. Eh bien juste cette semaine, en voilà 7 d’accumulées. Et nul besoin de rappeler que la compagnie paye les frais d’hébergement, donc encore une fois, en très peu de temps, on réussit à avoir des nuits d’hôtels sans payer un sous. Combinez les nuits d’hôtel avec le billet d’avion gratuit, et ça fait en sorte que les vacances annuelles coûtent beaucoup moins cher au final!

On sort de la routine

Évidemment, comme je le mentionnais plus haut, voyager en travaillant nous fait sortir de notre petit bureau et de notre routine. C’est assez différent en termes d’ordre du jour et ça fait du bien, une fois de temps en temps. On rencontre de nouvelles personnes, on mange de nouvelles choses (toujours au resto!), on sort de notre horaire traditionnel…

On peut parfois profiter de l’endroit où on est pour découvrir le pays

Ce n’est pas toujours possible, contrairement à ce qu’on pourrait croire, mais parfois, ça adonne ainsi. Quand je suis allée en Allemagne pour le travail, j’en ai profité pour visiter Berlin pendant 3 jours avant de revenir chez moi à Montréal. Évidemment, la compagnie ne paye pas les dépenses qui sont considérées comme des vacances personnelles, mais sachant que mon billet d’avion était payé, je n’ai eu qu’à payer mon auberge de jeunesse et mes repas. C’était un petit séjour bien rentable! Même chose pour ce qui m’attend à l’atterrissage de mon avion. Avec une journée de libre, je pourrai visiter la magnifique ville de Chicago l’instant d’une journée. Ça, à mon avis, c’est vraiment le principal point positif d’être payée pour voyager. Celui d’avoir du temps libre ailleurs que chez soi.

On mange toujours au resto, et on ne fait jamais de ménage

Oh que oui, l’hôtel s’occupe de faire notre lit chaque jour et nul besoin de cuisiner un repas, ni de faire la vaisselle. Avec un budget quotidien alloué pour manger qui est très raisonnable, on n’a jamais à se casser la tête et on n’a qu’à se pointer au restaurant.

 

Par contre, et c’est là où j’avais envie d’écrire l’article, il existe aussi beaucoup de désagréments au fait de travailler ailleurs que chez soi.

LES MAUVAIS CÔTÉS À ÊTRE PAYÉ POUR VOYAGER

On travaille fort, très fort

Enlevez-vous de la tête que les voyages d’affaires sont relax et qu’ils sont « tout roses ». Oh non… Bien souvent, travailler à l’étranger signifie de faire des journées de travail de 12-13 heures sans arrêt, parfois même avec le décalage horaire dans le corps. Plus souvent qu’autrement, je reviens de ces voyages d’affaires complètement brûlée, et je dois quand même retourner sur ma chaise de travail le lendemain malgré mon grave manque de sommeil.

Puisqu’on travaille aussi fort, on n’a parfois aucun temps pour la découverte

Étant à seulement 3 heures de routes de Seattle, une ville reconnue comme étant l’une des plus belles aux États-Unis, je m’étais dit que je pourrais en profiter pour la visiter. Eh bien non, je n’ai même pas eu le temps d’y mettre les pieds. C’est crève-cœur, n’est-ce pas? Ce l’est, mais c’est quelque chose qui arrive très souvent. Dans ces moments, on ne peut pas dire qu’on voyage en travaillant, on dit plutôt qu’on travaille simplement dans un autre endroit qu’à notre bureau habituel.

On n’est pas toujours envoyés dans les endroits les plus jet set au monde

Quand je dis que je suis allée trois fois aux États-Unis cette année, ça peut sembler beau, vite comme ça. Mais si je vous parle d’États un peu plus reculés dans le MidWest américain, disons que c’est vraiment moins glamour. Il y a des endroits où il n’y absolument rien à faire côté tourisme et découvertes, et croyez-moi, dans ces temps-là, les journées peuvent être longues. Certains ont la chance de partir dans des congrès dans des villes ultra belles et vivantes, mais pour ma part, ce n’est vraiment pas tout le temps le cas. Bref, il faut s’attendre à se retrouver dans des coins perdus, parfois.

À un moment donné, à force d’être dans des hôtels hyper impersonnels, on a juste envie de se retrouver dans nos affaires

Il arrive un moment après quelques nuits où on a simplement envie d’écouter la télévision avec notre chien et nos amis. Nos choses nous manquent et on compte les nuits avant de revenir à la maison. Ça n’arrive pas chaque fois, évidemment, mais ça peut arriver.

L’aéroport n’apporte plus ce sentiment indescriptible d’excitation

Il y a un an, l’aéroport était pour moi le meilleur endroit au monde : celui qui marquait chaque fois le début d’aventures hors des frontières. J’avais des papillons dans le ventre chaque fois que j’entrais dans la « gate », je prenais même plaisir à passer tout le chemin des douanes et des « check in ». Maintenant, l’aéroport est devenu un simple endroit qui sert à me transporter, un peu comme une gare d’autobus ou un stationnement de voitures. Même lorsque je pars en vacances personnelles, je suis beaucoup moins excitée. Bon bon… j’avoue que ce n’est pas un point négatif très grave, mais quand même ;)

 

Alors voilà, sincèrement je crois que ça dépeint assez bien la réalité du travail à l’étranger. Évidemment, ceux qui ont la chance de faire des voyages d’affaires n’ont pas tous cette réalité, mais je n’ai pu que vous décrire la mienne. Je connais des gens au sein même de la compagnie pour laquelle je travaille qui sont devenus tellement blasés à l’idée de voyager qu’ils ne prennent même plus 1 ou 2 journées pour visiter. Ils partent pour le travail et ne pensent qu’à revenir au plus vite.

Bref, si jamais vous avez la chance d’avoir un emploi qui vous permet de voyager, foncez! Vous y trouverez plein de petits plaisirs et vous en tirerez certainement plus de positif que de négatif. Par contre, enlevez-vous de la tête que ce sera tout beau tout rose tout le temps.

Vous avez un commentaire ou une question? C'est ici que ça se passe!

Commentaire / Question

Laissez un commentaire